Le Bruit du temps
Domaine : Russe

Le Bruit du Temps

Ossip Mandelstam

Nouvelle traduction du russe et
présentation par Jean-Claude Schneider 

Format : 117 x 170 mm
120 pages

ISBN : 978-2-35873-036-7

Mise en vente : 24 février 2012

13,00€

« Je n’ai pas envie de parler de moi, mais d’épier les pas du siècle, le bruit et la germination du temps... »

Même s’il s’en défend, avec Le Bruit du temps, publié en 1925 et rédigé en Crimée dès 1923, Mandelstam signe son livre le plus autobiogaphique et donc la meilleure introduction qui soit à son œuvre.

Il y évoque le Pétersbourg d’avant la révolution et sa formation de poète – de la bibliothèque (russe et juive) de son enfance à l’étonnant professeur de lettres V. V. Hippius, qui lui a enseigné et transmis la « rage littéraire ». Mais le livre est aussi une éblouissante prose de poète, qui annonce Le Timbre égyptien. Une prose où le monde sonore du temps (concerts publics, mais aussi intonations d’acteurs, chuintements de la langue russe) constitue la base du récit, une prose qui jaillit d’un regard à travers lequel le monde semble vu pour la première fois, avec une étonnante intensité. Mandelstam compose ainsi une suite de tableaux d’une exposition sur la préhistoire de la révolution. Le livre s’achève au présent sous une chape d’hiver et de nuit (« le terrible édifice de l’État est comme un poële d’où s’exhale de la glace »), face à quoi la littérature apparaît « parée d’un je ne sais quoi de seigneurial » dont Mandelstam affirme crânement, à contre-courant, qu’il n’y a aucune raison d’avoir honte ni de se sentir coupable.

 

La nouvelle traduction

Pourquoi traduire une nouvelle fois Le Bruit du temps alors qu’il existe déjà deux traductions en français – l’une, médiocre, dans une anthologie de proses de Mandelstam intitulée La Rage littéraire chez Gallimard, jamais rééditée ; l’autre, extrêmement précise, par Édith Scherer, à L’Âge d’homme, reprise dans la collection « Titres » chez Christian Bourgois ?

Sans doute parce qu’il fallait faire appel à un poète pour donner à entendre dans une langue d’une grande richesse, la musique et l’éclat si particuliers de cette prose. Nous avons commandé cette traduction nouvelle à Jean-Claude Schneider, traducteur admiré de poètes allemands comme Hölderlin, Trakl, Bobrowski, qui avait déjà traduit de Mandelstam, à La Dogana, des poèmes de Simple promesse et le magnifique Entretien sur Dante, précédé de La Pelisse.

Pour laisser un commentaire, veuillez vous connecter à votre compte client.